NOUS NE DEVONS PAS JUSTE DÉTRUIRE MOINS.
NOUS DEVONS AUSSI RÉGÉNÉRER PLUS.

Rester sous les limites fixées par le GIEC est impossible par la seule réductions des externalités négatives.

Selon le Groupe International des Experts pour le Climat*, les acteurs économiques doivent relier l’inclusion sociale, la préservation

et la création d’écosystèmes vivants et la diminution des impacts des infrastructures et des techniques pour rester dans les limites

d’un changement climatique gérable par nos sociétés. Ils doivent aussi relier les gouvernements locaux, les entreprises

et les habitants. C’est ce que montre et met en œuvre la théorie symbiotique. Elle montre de plus que cette voie

est source de prospérité économique et sociale.

*GIEC 2022

sunlight-trees-landscape-forest-500px-sunset-771108-wallhere_edited.jpg

LA SITUATION
ACTUELLE

Plus de 75 % des services rendus par
les écosystèmes vivants se dégradent
et sont menacés.

Copie de sunlight-trees-landscape-forest-500px-sunset-771108-wallhere_edited.jpg

EN RÉDUISANT
LES EXTERNALITÉS NÉGATIVES

L’économie circulaire et les énergies renouvelables en réseau nous permettent au mieux une diminution de 30 à 50 % de nos externalités négatives. Cela est indispensable mais non suffisant.

Copie de sunlight-trees-landscape-forest-500px-sunset-771108-wallhere.com.jpg

LE VÉRITABLE ENJEU.
RÉGÉNÉRER PLUS.

Maximiser la production d’externalités positives ; Identifier et développer les Régénérateurs déjà présents ; changer d’échelle, enclencher de nouveaux projets